Actus et Communiqués de Presse

14/06/2012

Partager :
Partager sur LinkedIn

Manuel Plisson, lauréat de la deuxième édition du prix de l’épargne Benjamin Delessert pour sa thèse sur l’assurabilité et le développement de l’assurance dépendance

Jeudi 14 juin, à la Banque de France, en présence de Christian Noyer (Gouverneur de la Banque de France), d’ Yves Hubert (président de la Conférence Benjamin Delessert) et de Philippe Queuille (directeur général Opérations et membre du directoire de BPCE), la Conférence Benjamin Delessert, du nom du fondateur des Caisses d’Epargne, a récompensé, lors de la deuxième édition de son prix, Manuel Plisson pour sa thèse «Assurabilité et développement de l’assurance dépendance ».

Elle a également décerné un prix « hors catégorie » à Séverine de Coninck pour sa thèse portant sur « le livret de Caisse d’Epargne. Histoire et anthropologie d’un instrument financier (1818-2008)».

Une thèse sur la dépendance à l’honneur
Le lauréat 2012 du prix de l’épargne Benjamin Delessert, Manuel Plisson, docteur es sciences économiques à l’Université Paris IX-Dauphine, a été récompensé pour sa thèse « Assurabilité et développement de l’assurance dépendance », réalisée sous la direction de Jean-Hervé Lorenzi, professeur à l’Université Paris-Dauphine et président du Cercle des économistes.
Pourquoi l’assurance privée dépendance ne rencontre-t-elle pas plus d’engouement, alors même qu’elle représente un risque financier important et que l’aide publique est dans la plupart des pays très insuffisante ? Pourquoi l’épargne est-elle largement préférée à l’assurance pour couvrir ce risque ? C’est à ces questions que la thèse de Manuel Plisson a l’ambition de répondre.
Selon le chercheur, cette faiblesse résiderait moins dans la défaillance du marché de la couverture de ce risque que dans des raisons contextuelles et institutionnelles (critères d'allocation de l'aide publique, fiscalité désavantageuse par rapport aux contrats d'assurance, etc..).
Manuel Plisson s’est vu remettre par Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France et Yves Hubert, président de la Conférence Benjamin Delessert, un chèque d’une valeur de 4000 €, destiné à l’accompagner dans ses futurs travaux de recherche.
En 2011, le prix Benjamin Delessert avait été décerné à Sandra Rigot pour sa thèse intitulée « Stratégies et gouvernance des fonds de pension ».