Actus et Communiqués de Presse

01/08/2012

Partager :
Partager sur LinkedIn

Pour les J.O., au-delà des J.O.

Organiser les Jeux Olympiques s’apparente toujours à un exploit… Londres 2012 ne déroge pas à la règle qui n’a laissé à ses organisateurs que sept petites années pour transformer une friche industrielle au Nord-Est de la capitale anglaise en site olympique.

Pour les J.O., au-delà des J.O.

Il a fallu construire, avec le souci d’un budget propre aux temps de crise… et la nécessité d’imaginer un futur à la majorité des sites. Dans une ville ayant accueilli les Jeux à deux reprises (en 1908 et 1948), il restait bien peu d’équipements susceptibles de correspondre aux critères des infrastructures sportives contemporaines. Il suffit pour se l’imaginer de songer au White City Stadium, construit pour les J.O. de 1908 (et détruit en 1985), qui combinait sur le même site tribunes, piste d’athlétisme intégrée dans une piste de cyclisme et piscine olympique avec plongeoir au milieu du gazon !

Londres 2012 s’est donc résolu à faire sortir de terre un village olympique et ses nombreuses installations dans un désert d’apocalypse post industrielle du côté de Stratford, au cœur d’une zone baptisée « Lower Lea Valley ». Ici sont concentrés la plupart des sites et des événements sportifs : basket-ball, handball, natation, hockey, bmx et surtout l’athlétisme, discipline reine des Jeux.

La particularité du Queen Elizabeth Olympic Park tient aussi et surtout dans sa capacité inédite de "recyclage"… Le Stade Olympique est appelé à devenir le nouvel antre du club de football voisin (West Ham United), la Basket-ball Arena devrait être démontée et transportée à Rio de Janeiro pour remplir le même usage lors des J.O. de 2016, la Handball Arena deviendra une salle omnisports et la piscine se verra amputée de ses gigantesques tribunes latérales. Les 3 000 appartements du village olympique seront quant à eux réaménagés et loués à des particuliers. Enfin, la centrale électrique construite par GDF Suez à l’intérieur du parc est vouée à alimenter les quartiers Nord-est de Londres. Vous avez dit "développement durable" ?

Crédit photo : POOL/KMSP/DPPI OPENING

 

Le chiffre

11 : c'est le nombre des médailles remportées par les athlètes français au soir du mardi 31 juillet. Un total exceptionnel (4 en or, 3 en argent, 4 en bronze) qui place la France au troisième rang des nations, derrière la Chine et les Etats-Unis ! L’occasion pour le Groupe BPCE de féliciter une fois de plus plusieurs membres du Team Esprit J.O. de la Caisse d’Epargne : Fabien Gilot, Clément Lefert et Jérémy Stravius qui ont participé à la conquête de la médaille d’argent sur 4 x 200 m nage libre.